22
Ven, Fév
0 New Articles

L'ONU appelée à renforcer le 15 novembre sa force de paix en Centrafrique

Le Conseil de sécurité est appelé le 15 novembre, lors du renouvellement annuel du mandat de sa force de paix en Centrafrique, à la renforcer de 900 militaires supplémentaires, selon un projet de résolution.

Session extraordinaire de la conférence des chefs d'Etat de la CEMAC : Le droit de circuler devient effectif

Les lampions se sont éteints sur la conférence extraordinaire de la Commission Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale à Ndjamena au Tchad. Les travaux ont été sanctionnés par un une déclaration qui sonne comme une nouvelle boussole pour l’Afrique centrale… Extraits.

Libre circulation des personnes

la Conférence a pris acte de la décision d'ouverture intégrale de leurs frontières, prise par les Etats membres en application de l'Acte additionnel N°01/13/CEMAC-070 UCCE-SE du 25 Juin 2013 portant suppression des visas pour tous les ressortissants de la CEMAC circulant dans l'espace communautaire. Elle s'est félicitée de ces avancées remarquables enregistrées dans le domaine de la libre circulation. En vue d'accompagner la mise en œuvre de cette mesure.

Développement de la communauté

elle a décidé d'autoriser la BDEAC à prélever, sur les ressources du Fonds de Développement de la Communauté (FODEC), le montant de 1,7 milliard de francs CFA pour le paiement du reliquat dû à IN- TERPOL au titre de la sécurisation des frontières de la CEMAC. Elle a également instruit la Commission de la CEMAC de prendre toutes les dispositions pour la création des postes sé réserver le bénéfice exclusif de la libre circulation aux ressortissants de la Communauté. En outre, la Conférence a exhorté les Etats membres, qui n'ont pas encore produit leur passeport CEMAC, à le faire dans les meilleurs délais.

La relance de la consommation

Abordant la question du financement de la Communauté et au regard du niveau des arriérés accumulés par les Etats membres au titre de la Taxe Communautaire d'Intégration (TCI), la Conférence a décidé d'annuler la masse d'arriérés à hauteur de 90, afin de partir sur des bases nouvelles. Elle a invité les Etats membres à s'acquitter du différentiel de ces arriérés avant la fin de l'année. Enfin, la Conférence a exhorté les Etats membres à rétablir, sans conditions, à appliquer intégralement le mécanisme de liquidation et de recouvrement du produit de la TCI.

Politique communautaire de transport

La Conférence a adopté la Politique Energétique de l'Afrique centrale à l'horizon 2035. Couvrant l'espace CEEAC, cette politique vise à doter la sous-région d'infrastructures énergétiques fiables, efficaces et capables d'assurer son intégration physique. En matière de transport, la Conférence a adopté la Politique Communautaire des Transports en Afrique centrale à l'horizon 2035. Cette Poli tique a pour but d' « Assurer la fluidité des échanges de biens et la mobilité des personnes entre les pays d'Afrique Centrete. par une politique des transports portant sur tous les modes et toutes les composantes du système de transport pour le développement économique et social durable de la région ».

Soutien aux compagnies aériennes sous régionales

A ce sujet, la Conférence a décidé de la mise en place d'un Comité ad hoc des ministres en charge des transports, afin d'examiner les modalités de soutien aux compagnies aériennes nationales de la sous-région. Sur les questions monétaires, bancaires et financières, la Conférence a suivi avec un intérêt particulier la communication du Gouverneur de la BEAC, présentant notamment la nature des mesures mises en œuvre par l'Institut d'Emission, pour faire face à la conjoncture économique peu favorable.

Les échanges monétaires.

Elle s'est félicitée de l'amélioration progressive de la situation des réserves de change et encouragé les parties prenantes à poursuivre les efforts. Elle a recommandé aux Etats et aux banques de tout mettre en œuvre pour renforcer la résilience des économies par une plus grande diversification, encourager la bancarisation, promouvoir les crédits à l'économie et assurer le rapatriement des recettes d'exportation.

Enfin, elle a invité les Etats à poursuivre les négociations avec le FMI, en vue de parvenir à des programmes cohérents et compatibles avec les lignes

directrices du Programme des Réformes Economiques et Financières de la CEMAC (PREF-CEMAC). Au titre des mesures individuelles, la Conférence a procédé à des nominations des premiers responsables dans les structures communautaires. S'agissant des divers, la Conférence a examiné les modalités de relance de la consommation, dans la zone, des produits originaires de la Communauté. Elle a instruit la Commission de la CEMAC d'élaborer un répertoire des produits disponibles dans la zone.

Le marché financier

Examinant la question du rapprochement des bourses de valeur régionale et nationale, la Conférence a décidé de fixer le siège du Régulateur du marché financier régional à Libreville et celui de la Bourse des valeurs régionale à Douala. Elle a désigné la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) comme dépositaire central. La Conférence a recommandé aux Etats d'observer la plus grande prudence dans l'application des instruments de la politique commerciale commune de la CEMAC que sont le Tarif Extérieur Commun (TEC) et le Tarif Préférentiel Généralisé (TPG), en vue de préserver la cohésion interne permettant de maintenir et améliorer le processus d'intégration régional en Afrique centrale.

Soutien au Tchad contre les Etats-Unis d’Amérique

La Conférence a exprimé toute sa solidarité à la République du Tchad, au vu de la décision des Etats-Unis d'interdire l'entrée dans leur territoire aux ressortissants de ce pays frère. Elle appelle au dialogue en vue de la levée de cette mesure par le gouvernement américain.

Teodorin Obiang condamné à 3 ans de prison avec sursis dans l'affaire des "biens mal acquis"

 

Le vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, a été condamné vendredi à Paris à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende avec sursis pour s'être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable, premier jugement français dans l'affaire des "biens mal acquis".

La 32ème chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Teodorin Obiang à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende avec sursis, une peine inférieure à celle requise par le parquet national financier qui avait demandé trois ans de prison ferme et une amende ferme de 30 millions d'euros.

Le tribunal a également ordonné la confiscation de l'ensemble des biens saisis, dont un somptueux hôtel particulier avenue Foch à Paris, comme requis par le parquet.

Teodorin Obiang, qui ne s'était pas présenté lors de son procès, a été reconnu coupable de blanchiment d'abus de biens sociaux, blanchiment de détournement de fonds publics, blanchiment d'abus de confiance et blanchiment de corruption.

La défense de Teodorin Obiang a dénoncé vendredi une "décision militante" après la condamnation du vice-président de Guinée équatoriale.

"Nous allons examiner tous les recours possibles", a indiqué Me Emmanuel Marsigny après cette décision très attendue dans le premier procès des "biens mal acquis" à Paris.

Le tribunal a rappelé qu'il était compétent pour juger Teodorin Obiang car il se prononçait uniquement sur "l'infraction de blanchiment commise en France" par le dignitaire pour son usage "personnel", et non "des faits commis en Guinée équatoriale" par Teodorin Obiang "dans l'exercice de ses fonctions".

Le vice-président, âgé de 48 ans, n'a eu de cesse, comme le pouvoir équato-guinéen, de contester la tenue de ce procès en France et la légitimité de la justice française.

Le procès du fils du président Teodoro Obiang Nguema, ancien ministre de l'Agriculture et des forêts promu vice-président par son père, s'était déroulé du 19 juin au 6 juillet.

L'enquête, ouverte après des plaintes des associations Sherpa et Transparency International, avait mis au jour le patrimoine considérable de Teodorin Obiang. Objets d'art, voitures de luxe et de sport, et cet hôtel particulier de l'avenue Foch: 101 pièces, hammam et discothèque, marbre et robinets recouverts d'or...

A Paris, Teodorin Obiang, célibataire au look savamment étudié, dépense des mallettes entières de liquide chez les couturiers de l'avenue Montaigne. Un train de vie très éloigné du quotidien de son pays du golfe de Guinée, dont plus de la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté.

Au terme de l'instruction, les juges avaient estimé que son patrimoine ne pouvait avoir été financé par ses seuls revenus officiels mais était issu "des détournements de fonds publics", de la corruption.

La défense de Teodorin Obiang avait dénoncé une "ingérence dans les affaires d'un État souverain" et estimait que la justice française s'arrogeait dans ce dossier "une compétence universelle".

Malabo ferraillait en outre autour de l'hôtel particulier de l'avenue Foch en le présentant comme des locaux diplomatiques, inviolables.

La confiscation décidée vendredi devra cependant attendre l'issue d'une procédure en cours devant la Cour internationale de justice. Saisie par Malabo, qui conteste les poursuites françaises contre Teodorin Obiang, la CIJ a rendu en décembre dernier une ordonnance selon laquelle la France doit assurer, jusqu'à l'issue de cette procédure à la Haye (Pays-Bas), l'inviolabilité de l'immeuble.

Teodorin Obiang est le premier dignitaire à être jugé dans le cadre des procédures dites de "biens mal acquis" lancées en 2010 en France.

La justice française, qui cherche à savoir si les fortunes des familles de plusieurs dirigeants africains ont pu être bâties en France grâce à des fonds publics détournés de leurs pays, enquête également sur les patrimoines bâtis par les proches de Denis Sassou Nguesso (Congo), du défunt Omar Bongo (Gabon) ou encore du président centrafricain déchu François Bozizé.

La justice suisse s'intéresse également de près à Teodorin Obiang. Onze véhicules de luxe lui appartenant ont été saisis à Genève en novembre.

Avec AFP

Libre circulation des personnes en Afrique centrale : Les ressortissants de la Cémac dispensés des visas par le Congo Brazzaville

La libre circulation bientôt effective dans la région de l’Afrique centrale.Après le Tchad, le Gabon, le Congo-Brazzaville vient en effet de s’ajouter aux pays de la région qui ont supprimé le visas à tous les ressortissants de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), l’organisation sous-régionale.

CAMEROUN, EDUCATION ET DIALOGUE : LES MEILLEURS OUTILS POUR UNE VERITABLE CONSTRUCTION NATIONALE

Dans la crise socio-politique que traversent les régions du Nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun, des voix s'élèvent depuis peu pour proposer des solutions en vue d'une sortie de crise. Le Pr Jean-Emmanuel Pondi, vice-recteur de l'université de Yaoundé I, donne ici quelques clés.

La Guinée Equatoriale supprime les visas pour les ressortissants de la CEMAC

La Guinée équatoriale a entériné mardi la suppression des visas pour les ressortissants de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), en application de l’accord conclu en 2013 sur la libre circulation en Afrique centrale.

Cameroun,Meeting interdit du Sdf à Douala : Quelques manifestants ont bravé l'interdiction des autorités locales (Vidéo)

La police quadrillait samedi matin plusieurs rues de la ville de Douala, capitale économique du Cameroun, pour y empêcher la tenue d'une manifestation interdite de soutien aux populations des régions anglophones.

Plus d'articles...