22
Ven, Fév
0 New Articles

Docteur Armand Nghemkap : « Le festival éducatif Komane prône une nouvelle vision du cinéma au Cameroun »

Docteur Armand NGHEMKAP : « LE FESTIVAL EDUCATIF KOMANE PRONE UNE NOUVELLE VISION DU CINEMA AU CAMEROUN »

Médecin Urgentiste altruiste et humaniste, homme de culture et de conviction, figure emblématique de la diaspora camerounaise, concepteur de la santé en soirée et promoteur de « CLINIC C », la première série télévisée camerounaise sur la santé, ce fils de pasteur qui déclaré sa flamme au 7ème art œuvre énergiquement depuis une dizaine d'années pour la promotion des richesses et du patrimoine culturel camerounais. Désigné comme tête de proue du festival de cinéma éducatif komane dont la 4ème édition est annoncée dans la ville de Dschang, à l'ouest du Cameroun du 1er au 3 février prochain, le Dr Armand NGHEMKAP qui a fait de la lutte contre les AVC au Cameroun, son cheval de bataille, a troqué le temps d'une séquence sa blouse et son stethoscope contre une caméra numérique puisqu'il vient de boucler la première partie du tournage de « CLINIC C », une série de 52 épisodes qui durent 26 mn chacune. Une contribution au noble combat dans lequel il s'est engagé, le bien-être des camerounais qu'il trouve judicieux d'informer, de sensibiliser et de prévenir sur les problèmes de santé publique qui ruinent la société. En voyage pour le Cameroun, la rédaction de votre journal l'a rencontré pour un entretien à coeur ouvert où il livre quelques confidences. Edifiant...

Bonjour Docteur ! Dans le cadre de la valorisation des arts et de la culture au Cameroun, il est organisé tous les ans au Cameroun et principalement dans la ville de Dschang et au mois de février, un festival éducatif dénommé KOMANE. Comme dans les éditions précédentes, en votre qualité de délégué de ce festival pour la diaspora, vous vous rendez au Cameroun avec une imposante délégation des camerounais de la diaspora dont fait partie l'artiste comédienne et cinéaste SELAVIE NEWWAY afin de rehausser par votre présence cet important rendez-vous culturel. En dehors du volet éducatif et culturel de ce festival que nous connaissons déjà, quelle est l'autre spécificité de ce festival Komane ?

En plus du volet éducatif et culturel, le festival Komane est le tout premier festival camerounais qui met en exergue les réalisateurs camerounais, les films camerounais, les acteurs et actrices camerounaises, les producteurs camerounais, les distributeurs, les diffuseurs et producteurs de films camerounais dans la diaspora et les faiseurs de dessins animés camerounais. Le festival Komane est ainsi devenu en quelques éditions une plateforme de rencontre, d'échange et de partage de compétences entre les camerounais de la diaspora et ceux résidant au Cameroun. Les camerounais de la diaspora peuvent ainsi contribuer au développement du Cameroun par des projets visant à l'émergence de l'industrie cinématographique et touristique camerounaise.

Pourquoi avoir encore choisi la ville de Dschang pour cette 4ème édition quant on sait que c'est toutes les villes et régions du Cameroun qui ont besoin d'un tel rayonnement culturel ?

Le Festival KOMANE est un Festival du court métrage des films de réalisation camerounaise. C'est en fait un Festival qui a essentiellement pour but de faire du cinéma non pas seulement un outil de divertissement au Cameroun mais également un outil éducatif d'où le mot “KOMANE” à savoir “ COMMENT EDUQUER PAR LE CINEMA “ . Il se déroule tous les ans au mois de février. Nous avons une nouvelle fois choisi la ville de Dschang parce qu'elle est une ville historique, à fort potentiel culturel et touristique avec une jeunesse très entreprenante et dynamique. La ville dont la moyenne de temperature annuelle est de 20° est une ville que je qualifie de « VILLE CLIMATISEE A CIEL OUVERT ». Une ville très agréable eu égard à son climat pondéré pour une belle rencontre et des échanges culturels avec les camerounais venant de la diaspora. Pour être complet, je dois rajouter que Dschang est une ville qui regorge encore de nombreux vestiges et joyaux culturels datant de l'époque coloniale que nous pouvons redécouvrir afin de nous imprégner de notre histoire. Il y existe également de nombreux sites touristiques et des décors cinématographiques naturels qui peuvent être exploités pour des tournages de films. C'est également une ville universitaire avec une démographie de plus de 35000 étudiants. Bref, Dschang a beaucoup d'atouts pour l'organisation d'un tel événement culturel annuel. Le Festival KOMANE peut ainsi proposer à ses invités et visiteurs la découverte par une visite guidée de ces joyaux et sites touristiques.

Un médecin qui s'engage dans le cinéma, c'est un peu surprenant non ?

J'ai entendu dire que mon engagement associatif, caritatif et même cinématographique cachait des ambitions politiques. Je tiens à rappeler ici que je n'ai aucune ambition politique. Mes différents engagements y compris dans le cinéma à travers CLINIC C et le festival KOMANE sont essentiellement motivés par le fait que j'ai envie d'apporter ma modeste contribution pour l'émergence et le developpement durable du Cameroun. J'ai tenu à apporter cette contribution par le biais d'une production cinématographique du fait que j'ai eu l'opportunité de rencontrer lors de la première édition du festival KOMANE où j'étais invité comme membre du jury de la diaspora camerounaise, des acteurs de talent, des réalisateurs et scénaristes pétris de talent. J'ai proposé à ces jeunes talents du milieu cinématographique camerounais de mettre en pratique un projet fort audacieux et ambitieux qui me tenais à cœur depuis plusieurs années à savoir la production d'une série camerounaise sur la santé à partir d'histoires originales dont j'ai été témoin dans mon expérience professionnelle de près de 30 ans de pratique en médecine d'Urgence.

Docteur, la lutte contre les AVC au Cameroun est l'un de vos multiples combats. En quoi le cinéma peut-il contribuer à la lutte contre ces AVC au Cameroun ?

Le Festival KOMANE a pour vocation de promouvoir l'éducation de la jeunesse camerounaise par le visuel, d'éveiller et de réveiller la conscience endormie de cette jeunesse. Le Festival KOMANE a également pour ambition d'avoir une vocation d'éducation pour la santé du grand public camerounais. En effet, c'est très souvent l'ignorance qui nous tue et bien souvent, le meilleur traitement réside dans la prévention. C'est notamment le cas en ce qui concerne les AVC qui font plus de 20000 décès tous les ans au Cameroun. Un peuple en bonne santé est un peuple qui a le meilleur potentiel de developpement possible. Aussi, à travers des productions cinématographiques en court ou moyen métrage, on peut informer et sensibiliser le grand public sur les problèmes de santé publique qui ruinent la société, sur la manière de se protéger contre une attaque par AVC. C'est d'ailleurs cette problématique que je traite dans « LE TUEUR SILENCIEUX », le 1er épisode de la série CLINIC C. Le Festival KOMANE permet de donner plus de visibilité à de tels films ou documentaires. C'est d'ailleurs cette réflexion qui m'a amené à concevoir CLINIC C, la première série camerounaise sur la santé.

Effectivement, vous êtes le promoteur et producteur exécutif de CLINIC C, la première série camerounaise sur la santé. Pouvez-vous nous en dire un peu plus.

CLINIC C est une série de 52 épisodes de 26 mn. C'est une série sur la santé qui a essentiellement pour objectif d'informer, de sensibiliser et de prévenir sur les problèmes de santé publique qui ruinent la société. Les épisodes s'inspirent des nombreuses chroniques santé que je rédige depuis 2003. C'est ainsi que les thématiques qui ont déjà été tournées concernent les AVC, la Mort Subite des Sportifs, les gestes qui sauvent en cas d'Accident de la circulation et bien d'autres car je ne peux tous les énumérer dans cette interview. Nous sommes à la recherche d'un annonceur pour démarrer sa diffusion.

Nous vous le souhaitons vivement. Revenons sur le Festival KOMANE. Quel peut être l'apport culturel ?

Le Cameroun est l'Afrique en miniature mais moi qui vit en europe depuis plus de 30 ans, le patrimoine culturel camerounais n'est pas suffisamment valorisé de même que la destination touristique « CAMEROUN ». Le Festival KOMANE a ainsi pour ambition de devenir dans ses prochaines éditions, un outil déterminant dans la promotion du patrimoine culturel camerounais et de la destination touristique « CAMEROUN ». Je pense pour ma part que cette double promotion culturelle et touristique va largement contribuer au developpement durable du Cameroun par le biais de l'apport en touristes et à l'émergence du Cameroun sur la scène culturelle mondiale par le biais de la promotion de son patrimoine culturel qui est très riche, dense et diversifié.

Vous êtes Délégué Général du festival KOMANE pour la diaspora. Quelle peut être la contribution de la diaspora camerounaise ?

Le Festival KOMANE permet la découverte, la promotion, la mise en lumière des jeunes acteurs et réalisateurs camerounais de la diaspora. Le meilleur film ou documentaire qui répond aux objectifs et à la nouvelle vision éducative et culturelle du 7ème art au Cameroun est récompensé par le Prix de la Diaspora du Festival KOMANE. La première édition avait par exemple mis en lumière le documentaire du réalisateur camerounais Jacky MOIFFO intitulé « Charles NTCHORERE , un Africain face aux Nazis » qui avait été récompensé du Prix de la Diaspora. Ce qui a permis à ce documentaire d'être connu au Sénat français, à l'Assemblée Nationale gabonaise et d'être diffusée en prime time sur la première chaine de télévision gabonaise.

Docteur, quel est votre mot de la fin ?

Comme mot de la fin, je dirai que le Festival KOMANE est un festival novateur qui prone une nouvelle vision du 7ème art pour l'émergence culturelle du Cameroun. Mais pour atteindre cet objectif, il a besoin de partenariat, de sponsoring, de mécenat. Bref, il a besoin de la contribution de tous au Cameroun et dans sa Diaspora. Je pense que devenir partenaire du Festival KOMANE, c'est aider à l'émergence du 7 ème art au Cameroun, c'est adhérer à une nouvelle vision du cinéma au Cameroun : une vision éducative, une vision culturelle.

Docteur, la rédaction d'Afrikactuelle.com  vous remercie pour votre disponibilité.