19
Mar, Jui
29 New Articles

Espagne- Sécessionnisme Catalogne: Mandat d'arrêt européen lancé contre Carles Puigdemont

Espagne- Sécessionnisme Catalan: Mandat d'arrêt européen lancé contre Carles Puigdemont

Sur base du réquisitoire du parquet, la juge de l'Audience nationale espagnole vient de lancer un mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont et quatre membres de son gouvernement actuellement en exil en Belgique.

Selon le quotidien belge qui vient de publier dans son édition en ligne l'information en primeur, cette juge également a ordonné le placement en détention provisoire de neuf dirigeants catalans, dont l'ancien vice-président Oriol Junqueras. Il est également parti en Belgique et refuse de répondre aux convocations de la justice. La juge a aussi demandé une mesure de libération sous caution de 50.000 euros pour l'un d'eux, Santi Vila, qui a démissionné de l'exécutif régional de Catalogne avant le vote de la déclaration unilatérale d'indépendance et milite depuis pour une solution négociée avec le gouvernement.

Le dirigeant indépendantiste dénonce un "procès politique" et accuse le parquet espagnol de nourrir un "désir de vengeance" à son endroit. Par la voix de son avocat belge Paul Bekaert, il s'est dit disposé à répondre aux questions de la justice espagnole, mais depuis Bruxelles révèle le quotidien belge

Les neuf autres membres de son gouvernement destitué ont comparu jeudi matin. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire, sauf un pour lequel il a demandé une libération sous caution de 50.000 euros. La juge doit également statuer sur leur sort.

Quant à l'asile politique, que le leader indépendantiste s'est refusé à demander, il n'aurait de toute façon que peu de chance d'aboutir, selon le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). "Depuis cinq ans, aucun ressortissant de l'UE n'a obtenu l'asile en Belgique", assure Damien Dermaux, porte-parole du CGRA. "En Belgique, on examine ces demandes, on témoigne d'une certaine souplesse, mais on reste sur le principe qu'il s'agit de demandes manifestement non fondées, car venant de pays tiers sûrs."

Olivier Berhuse