22
Ven, Fév

Les experts du paludisme et les responsables africains mis au défi de maintenir la mobilisation contre le paludisme

Les experts du paludisme et les responsables africains mis au défi de maintenir la mobilisation contre le paludisme

Novartis lance aujourd’hui le 15e atelier annuel d’échange des meilleures pratiques du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) à Dakar, au Sénégal. Au cours des deux prochains jours, les principaux experts du paludisme et des responsables africains discuteront de la manière de relever le défi de l’éradication du paludisme.

Des représentants du milieu universitaire, de la société civile, de la communauté des bailleurs de fonds et du secteur public de 33 pays africains partageront leurs connaissances et meilleures pratiques afin d’accélérer les efforts d’éradication du paludisme sur le continent.

« Je suis ravie que le Sénégal ait été choisi pour recevoir cette année l’atelier d’échange des meilleures pratiques du PNLP, car c’est pour nos collègues de toute l’Afrique l’occasion de découvrir le travail précurseur de nos bénévoles dans les communautés », a déclaré Awa Coll-Seck, ministre de la Santé au Sénégal. « Notre pays a enregistré un déclin considérable des cas de paludisme et des décès dus à cette maladie au cours des cinq dernières années grâce à des interventions d’envergure de contrôle du paludisme. Je suis convaincue que notre pays peut éradiquer la maladie d’ici 2030, tout comme le reste du continent africain. »

Même si les décès dus au paludisme ont diminué d’environ 60 % depuis 2000 et que 6 millions de vies ont été sauvées [1], d’importants défis sont apparus, notamment la résistance croissante aux CAT (combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine) et aux insecticides [2]. Même s’il peut être évité et traité, le paludisme tue encore un enfant toutes les deux minutes et menace la vie de nombreux autres [3].

La réunion de cette année se concentrera sur des thématiques fondamentales, notamment l’efficacité et la qualité de la surveillance des thérapies existantes ainsi que la résistance croissante observée en Asie et ses répercussions potentielles sur les pays d’Afrique. Le Sénégal, qui accueille le PNLP, s’est déjà imposé comme chef de file en matière de gestion nationale du paludisme grâce à des tests de diagnostic rapide administrés par des bénévoles dans les communautés ; les leçons de ce succès seront également transmises.

« Novartis est fier de parrainer ce forum unique et de réunir les principaux intervenants de l’ensemble de l’Afrique pour faire progresser les efforts d’éradication du paludisme », a déclaré Harald Nusser, directeur mondial de la Novartis Malaria Initiative et de Novartis Access. « Malgré les nombreux progrès dans la lutte contre cette maladie, nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire pour atteindre notre objectif, un monde sans paludisme. Éliminer tous les obstacles existants qui empêchent l’accès aux interventions clés et développer de nouveaux outils, notamment les médicaments antipaludéens de nouvelle génération, seront les facteurs incontournables de cette réussite. »

Les participants pourront en outre rencontrer des bénévoles travaillant dans des communautés semi-rurales, assister à des séances publiques de sensibilisation à la maladie, entendre des représentants du Fonds mondial s’exprimer sur l’initiative de réapprovisionnement international visant à accroître encore les efforts de mobilisation afin d’éradiquer le paludisme, et découvrir le projet pilote Novartis SMS for Life 2.0 qui utilise les téléphones portables et les outils en ligne pour améliorer l’accès aux traitements antipaludiques ainsi que la qualité des soins.

Cet atelier du PNLP se déroule alors que la Novartis Malaria Initiative franchit une étape historique dans la livraison de traitements. Depuis 2001, Novartis a livré plus de 800 millions de traitements sans profit, notamment plus de 300 millions de traitements pédiatriques dispersibles développés en collaboration avec Medicines for Malaria Venture (MMV), principalement au secteur public des pays où le paludisme est endémique. Novartis a récemment annoncé le prolongement du partenariat avec MMV pour soutenir le développement de KAF156, la première d’une nouvelle génération de molécules antipaludéennes à double action. Les imidazolepipérazines (IZP) ciblent à la fois le parasite aux phases hépatique et sanguine de son cycle de reproduction.

L’atelier d’échange autour des meilleures pratiques du PNLP est coprésidé par le Dr Moustapha Cisse, responsable adjoint du PNLP au Sénégal, Simone Kunene, sous-secrétaire du ministère de la Santé du Swaziland et ancienne directrice du PNLP pour ce pays, et le professeur Zul Premji, professeur et président du service de pathologie de l’université Aga Khan.

Source: APO