JA Teline V - шаблон joomla Форекс
17
Tue, Sep
4 New Articles

Somalie: Les islamistes Shebabs ont encore frappé près du port de Mogadiscio

Afrique de l'Est
Typography

Plus de vingt personnes ont été tuées dimanche matin dans un attentat-suicide au camion piégé à Mogadiscio, a annoncé la police somalienne, une attaque revendiquée par le groupe djihadiste des shebab, affilié à Al-Qaïda.

Plus de vingt personnes ont été tuées dimanche matin dans un attentat-suicide au camion piégé à Mogadiscio, a annoncé la police somalienne, une attaque revendiquée par le groupe djihadiste des shebab, affilié à Al-Qaïda.

"Selon le bilan dont nous disposons pour le moment, plus de 20 personnes, pour la majorité des civils, ont été tuées dans l'explosion" qui s'est produite près de l'entrée du port de la capitale somalienne, a affirmé à la presse Ibrahim Mohamed un commandant de la police locale. Le bilan risque de s'alourdir, les victimes et les blessés ayant été conduits dans divers établissements hospitaliers de la capitale, a-t-il expliqué.

Colonne de fumée

Des habitants de Mogadiscio ont dit avoir entendu une énorme déflagration dans toute la ville, au-dessus de laquelle s'est élevée une colonne de fumée.

L'attaque s'est produite à l'entrée du port commercial de Mogadiscio, une zone où l'activité est permanente. «Le kamikaze a visé un secteur rempli de civils, de porteurs et de petits commerçants», a souligné Ibrahim Mohamed.

Revendication sur Telegram

Un porte-parole de l'administration de la capitale, Abdifatah Omar Halane, a indiqué qu'une enquête avait été ouverte. Mais le groupe djihadiste somalien des shebab, affilié à Al-Qaïda, a rapidement revendiqué l'attaque sur son compte Telegram.

La cible, selon le communiqué des shebab, était une base militaire située à l'entrée du port. Le groupe affirme avoir fait "près de 30 morts". Les shebab, chassés de Mogadiscio en 2011, continuent de mener de multiples opérations dans la capitale et dans le reste du pays.

A la suite de cet attentat, le gouvernement somalien a décidé de renforcer les mesures de sécurité à en croire Ahmed Weli Malim, un responsable de la police : « la plupart des victimes sont des civils ».

Yves Minkonda