JA Teline V - шаблон joomla Форекс
17
Sun, Nov
25 New Articles

Nasser Al-Attiyah s'adjuge un troisième Dakar

Auto-Moto
Typography

Le roi du désert. Nasser Al-Attiyah (Toyota) a remporté ce jeudi à Lima son troisième Dakar, une édition 2019 du célèbre rallye-raid 100% sable dominée de bout en bout par le Qatari.

Le roi du désert. Nasser Al-Attiyah (Toyota) a remporté ce jeudi à Lima son troisième Dakar, une édition 2019 du célèbre rallye-raid 100% sable dominée de bout en bout par le Qatari.

Au bout de 10 étapes, 5.000 kilomètres, dont 3.000 de spéciale, Nasser Al-Attiyah a écrasé la concurrence, laissant l'Espagnol Nani Roma (Mini) à 46 minutes et 42 secondes. Le Français Sébastien Loeb (Peugeot) termine à la troisième place, avec 1h54:18 de retard. Stéphane Henrard (Dunbee), premier pilote belge, se classe quatorzième à 9h55:06.

Trois Dakar donc, mais aussi trois équipes. Et deux copilotes. Après s'être imposé au volant d'une Volkswagen puis d'une Mini, c'est avec Toyota que Nasser Al-Attiyah l'a emporté. Une première pour le constructeur japonais ainsi que pour l'équipe belge Overdrive Racing de Jean-Marc Fortin, qui assurait l'assistance de la voiture.

Un succès construit autour du Qatari, spécialiste des dunes, et de son copilote français Matthieu Baumel.

Car le parcours de ce Pérou Dakar semblait tracé pour le pilote Toyota. "Il y a de grandes dunes, on peut perdre beaucoup de temps en s'ensablant ou en cherchant des points de passage... La faute est très facile à faire. Il faut savoir lire le terrain, l'appréhender", avait prédit l'expérimenté Stéphane Peterhansel (Mini), trente participations et treize succès.

Bien vu. Dans une course telle que le Dakar, il faut parfois faire le moins de faute possible pour s'imposer.

A ce petit jeu, Nasser Al-Attiyah a survolé la compétition : l'Espagnol Carlos Sainz (Mini) et le Sud-Africain Giniel de Villiers (Toyota) ont explosé dès la troisième étape ; Stéphane Peterhansel a alterné le bon et le moins bon avant d'être contraint à l'abandon lors de la neuvième et avant-dernière étape, privé de son copilote David Castera blessé ; le Néerlandais Bernhard ten Brinke (Toyota) et le Français Cyril Despres (Mini) n'ont jamais vraiment été dans le coup...

Seul Sébastien Loeb (Peugeot) a un temps tenu tête au Qatari. Mais le nonuple Champion du Monde des Rallyes a manqué de constance : s'il a remporté quatre étapes, l'Alsacien a aussi enchaîné les galères, crevant à trois reprises sur une même spéciale après une polémique liée à une erreur sur le roadbook de la troisième étape.

Bref, Nasser, comme on l'appelle affectueusement sur le bivouac, a survolé la compétition, laissant son dauphin à près d'une heure.

En moto, KTM a étendu sa série de victoires à une 18ème année : l'Australien Toby Price a remporté son deuxième Dakar, après celui de 2016, devant l'Autrichien Matthias Walkner (KTM).

Chez les camions, le Russe Eduard Nikolaev (Kamaz) suit les traces laissées par le légendaire Vladimir Chagin, dont il a d'ailleurs été le mécanicien. Eduard Nikolaev a ainsi remporté son quatrième Dakar, son troisième de rang, après trois victoires d'étapes.

Domination sans partage aussi chez les quadistes : l'Argentin Nicolas Cavigliasso (Yamaha) a remporté neuf des dix étapes pour remporter le général devant le Français Alexandre Giroud (Yamaha).

Enfin, le duo chilien Francisco "Chaleco" Lopez Contardo et Alvaro Juan Leon Quintanilla (Can-Am) a remporté son premier Dakar à son premier essai en SxS.

Source: RTBF